QUE FAIRE CONCRETEMENT CONTRE LES VIOLENCES AUX FEMMES

–          faire établir par un médecin qualifié un certificat de coups et blessures ;  conserver les certificats des violences que l’on subit ; prendre contact avec les personnes et institutions qui peuvent vous conseiller et soutenir (ex. Ministère de la famille, ministère des affaires sociales, les associations et les lieux d’écoute)    ; Se présenter à la police ou à la gendarmerie, afin de faire ce qu’on appelle un ” dépôt de main courante ” ou porter plainte.  Les personnes sans ressources peuvent bénéficier de l’aide juridictionnelle totale ou partielle ; Prévenir le Commissariat ou à la gendarmerie la plus proche de son domicile si l’on veut quitter le domicile cojugal parce qu’on s’estime en danger. Sinon on pourra être poursuivi pour abandon de domicile conjugal ; Emporter  tous les papiers d’identités et autres nécessaires ; Si l’on veut partir avec les enfants, il faut absolument demander à un juge “les mesures urgentes ” qui donnent autorisation pour pouvoir quitter le domicile conjugal avec les enfants en raison du danger de la cohabitation.  

On peut également porter plainte…ou signaler les violences pour qu’elles soient inscrites sur le registre de la “main courante ” au commissariat. La trace des faits est gardée et pourra servir s’il y a action en justice (divorce, plainte).La synergie est capitale pour combattre les violences sous toutes les formes. De ce séminaire, une conviction se dégage à savoir que la violence faite à la femme est une injustice à dénoncer sans aucune réserve.  Elle est comme une pieuvre, aux tentacules multiples dont les manifestations constituent des obstacles pour le développement économique et social. Pour ce faire, les recommandations ci-dessous ont été faites: 

Promouvoir une franche collaboration de l’Eglise par le biais de ses ministres (prêtres) dans le soutien de l’action des associations des femmes.Sensibiliser des fidèles durant les célébrations religieuses, la catéchèse, les causeries éducatives, les émissions à la télévision et à la radio.Confectionner des spots publicitaires et produire des supports (dépliants, magazines, tableaux)

Créer des œuvres d’art: musique, poésie, théâtre touchant aux violences.

Intégrer un programme dans la formation de futurs prêtres, religieux, religieuses, catéchistes, théologiens, diacres et autres responsables écclesiastiques sur les questions des violences infligées aux femmes.Initier des formations sur la sexualité en lien avec la violence.

Collaborer à l’émergence d’un leadership féminin en agissant sur l’environnement humain des femmes, de manière à réduire les obstacles. Former des para-juristes  comme des relais communautaires ayant pour vocation de diffuser le plus largement possible les enseignements relatifs aux droits humains Promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes et mettre en place des Comités qui soient pour elles des espaces d’organisation et d’expression pour la défense et la revendication de leurs droits, et de participation dans la vie publique.

Amener les femmes à prendre conscience de leurs responsabilités face à la non-considération des femmes dans toutes les sphères sociales, économiques, politiques et culturelles.Faciliter une grande participation des femmes dans les structures de la société civile locale et aux rencontres intercommunautaires, nationales, régionales, continentales et internationales.

Aider à la Structuration du mouvement de femmes et mobiliser des femmes autour d’actions communes à partir de  leurs associations, quartiers et villages.Apporter de l’assistance judiciaire et accompagner des femmes en justice et auprès des autorités administratives et militaires en cas de violations des droits humains.

Instaurer un dialogue franc entre les dépositaires de l’autorité (quelques fois auteurs des exactions) et les femmes des communautés de base (principales victimes des violations des droits humains).Impliquer des autorités militaires et civiles et des acteurs masculins dans les activités de formation, d’éducation civique et politique des femmes.

Former les femmes à la maîtrise des techniques de mobilisation des groupes sociaux, conciliant les trois dimensions essentielles de l’approche conscientisante : éveil des consciences, mobilisation et organisation.

Mettre en place une plateforme physique et virtuelle qui favorise les échanges entre les femmes chargées de traiter les questions relatives à la femme et d’élaborer des mémorandum à travers lesquels elles peuvent exprimer des revendications collectives, dénoncer des viols, des incivismes et autres violences subies par les femmes, ainsi que se faire reconnaître par les autorités locales.

Conscientiser et informer l’opinion publique africaine du traitement inéquitable réservé aux femmes dans les domaines social, économique, politique, culturel et juridique.
Rendre la police plus sensible aux cas des femmes victimes d’agression sexuelle.

Former les policiers aux techniques d’enquêtes en cas de viols et de violences domestiques afin de créer un environnement favorable permettant aux femmes victimes d’agression de faire valoir leurs droits, en usant par exemple de leur droit de déposer une plainte à la police.

Organiser un programme de formation para-juridique destiné aux femmes responsables des associations féminines centré sur l’étude de cas pratiques et l’information sur les lois du travail, le droit de la famille, les droits de la personne au quotidien. 

Faire concevoir et élaborer des brochures, dépliants, plaquettes et tableaux thématiques qui touchent aux droits des femmes.

Dans le cadre d’un suivi du présent Séminaire, il a été proposé de

–          Tenir une session analogue au mois de Juin 2009, qui aura pour mission : la validation des brochures, des dépliants, des plaquettes et tableaux qui fustigent certaines pratiques dégradantes et qui sensibilisent la population féminine sur ses droits et devoirs.

  • Publier un guide juridique de la femme : Connaitre mes droits (Droit à la santé, à l’éducation, Mutilation génitale féminine, lévirat et injustice, l’excision, au mariage forcé et au lévirat, Le sort des veuves,  A compétence égale, salaire égal, Participation des hommes aux travaux domestiques, arrestations et détentions, abus de pouvoir, Battre les femmes c’est un crime, etc.)
  • Publier un guide d’animation en droits humains et un Condensé des traités internationaux relatifs aux droits des femmes et aux droits de l’Enfant
  • Organiser d’autres séminaires sur le thème de la violence faite aux femmes dans toutes les provinces pour faire bénéficier les enseignements du présent séminaire à un maximum de femme
  • Créer un Centre  Spiritain de Lutte contre les violences faites aux femmes

Le Centre peut-être un organisme autonome et indépendant. Il peut avoir des attributions suivantes :

  • Rechercher et analyser les faits violence faite à la femme et les infractions connexes à quelques niveaux que ce soit
  • Se saisir des dossiers de violence faite à la femme et de faire mener des investigations sur ces dossiers
  • Collecter les données sur la violence faite à la femme et suivre ces dossiers
  • Faire prendre des mesures nécessaires à la protection des témoins qui dénoncent
  • Produire des rapports et en faire copie à toutes les institutions et faire des publications appropriées, etc.
  • Faire prendre conscience aux femmes de leurs droits  et les rendre capables de faire des analyses juridiques et d’utiliser le droit à leur profit ;
  • œuvrer avec elles pour garantir leurs droits et favoriser leur participation au processus démocratique en Afrique ;
  • favoriser la création d’un réseau sous-régional “Droits des Femmes”.
  • informer/sensibiliser sur les dispositions législatives prévues dans le droit positif (les faire connaître et respecter) et tous les droits des femmes n’ayant pas fait l’objet de lois ;
  • former de para-juristes susceptibles de contribuer à une large vulgarisation des droits des femmes

Ceux qui pensent pouvoir nous aider à matérialiser l’un de ces objectifs peuvent nous contacter à l’adresse suivante :  muazadi@yahoo.fr  Jean  KAZADI  KATUMBAY   https://conseilsgratuits.wordpress.com/

Si vous avez des commentaires ou des questions, réagissez directement sur le blog en cliquant sur REAGIR ou  écrivez nous aux adresses suivantes muazadi@yahoo.fr .  N’hésitez pas à nous faire part de vos observations.  Vous êtes autorisé à diffuser ou reproduire cet article sur votre site, votre newsletter, votre blog ou dans votre organisation, ou citer un extrait, à condition de mentionner le copyright: ©2009-101 https://conseilsgratuits.wordpress.com/  et de maintenir les liens cliquables .Posez toutes vos questions gratuitement. Des bénévoles s’engagent à vous répondre.  En soumettant votre commentaire vous  nous donnez le droit de le diffuser sous plusieurs formes et sur divers supports

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :