L’imaginaire politique

Lectures

Bernard LAMIZET (2012), L’imaginaire politique

Paris, Hermes-Science Lavoisier, Coll. « Forme et sens »
Daniela Roventa-Frumusani

Référence(s) :

Bernard LAMIZET (2012), L’imaginaire politique, Paris, Hermes-Science Lavoisier, Coll. « Forme et sens »

Texte intégral

1À l’époque de l’émergence de la culture visuelle (outdoors, Facebook, etc.), la réflexion sur la narrativité, les mythes, l’imaginaire continue d’occuper les chercheurs ; l’imaginaire « est fait de récits et d’univers d’images toujours plus complexes et se déplie au pluriel » (Musso, 2013 : 1). Sémioticien spécialisé dans le langage politique et celui des villes ainsi que dans l’identité et la communication surplombant les pratiques les plus diverses (1997 ; 1998 ; 1999 ; 2000) , Bernard Lamizet se propose de resémantiser l’imaginaire sous plusieurs « angles » d’entrée tels la médiation, le mythe, le religieux, l’esthétique, la fiction ou le pouvoir, la crise, la rhétorique.

2Après une longue période de peur panique devant l’image (l’iconoclasme des temps anciens), nous assistons au revirement de l’image sous les formes les plus diverses (image photographique, image picturale, image graphique, image mentale) à même de relier les individus. Selon Gilbert Durand (1960), la raison et la science ne relient que des choses ; ce qui relie les gens, ce sont les représentations affectives qui constituent l’empire des images. Le grand spécialiste français de l’imaginaire Michel Maffesoli (2013) considère l’image comme un mésocosme entre le microcosme personnel et le macrocosme collectif. Avec Durand, l’imaginaire a été réhabilité, on lui reconnaît une part importante dans la construction sociale de la réalité. Dans une période relativement courte, il devient objet d’étude dans divers domaines : histoire, philosophie, sciences politiques, sociologie, religion, psychologie, en se dissociant des significations « communes », illusoires, chimériques, etc. L’imaginaire social est un produit fort complexe en perpétuelle mutation, fait de symboles linguistiques et culturels qui résultent des aspirations, des croyances, des stéréotypes, des idéaux et qui les conditionnent. L’imaginaire désigne l’ensemble des éléments qui s’organisent en une unité significative pour un groupe donné, mais à son insu.

3L’imaginaire collectif comme principe d’ordonnancement des conduites sociales des groupes institués contribue à la théorisation de l’articulation entre espace individuel et champ social, entre processus psychiques et logiques collectives.

4Les concepts d’idéologie, de représentation et d’imaginaire permettent de comprendre les interférences dynamiques entre des entités psychiques et sociales. Les « figures » de l’imaginaire sont les modes d’appréhension de la réalité par le sujet et, en même temps, des productions collectives ; elles reflètent et construisent les réalités présente et future.

5L’imaginaire fonctionnant comme ordonnancement du monde pour les individus et les groupes fournit un schéma collectif d’interprétation des expériences individuelles complexes et variées (Durand, 1960) signifiant la même chose pour les membres de la société (Castoriadis, 1975).

6Inhérent à toute société, le pouvoir assure sa pérennité dans la lutte contre le désordre et les conflits autodestructifs par des contraintes, mais aussi par des véhicules symboliques et mythiques, autrement dit par l’apport de l’imaginaire.

7Lamizet fonde sa lecture de l’imaginaire sur l’articulation du réel, du symbolique et de l’imaginaire : le réel en tant qu’instance du pouvoir faite de confrontations dans l’espace public ; le symbolique en tant qu’instance de la représentation relevant d’un code de rituels, pratiques et discours qui exige une interprétation ; l’imaginaire en tant qu’instance de paroles, sons et images construits indépendamment de la réalité (p. 14). L’auteur se propose de réhabiliter l’imaginaire politique rejeté hors de la rationalité car trop souvent considéré comme part d’ombre de la politique ou de l’impensé du politique (p. 15).

8Le projet de relecture de l’imaginaire politique proposé par Lamizet est basé sur une « bémolisation » des polarités ; « dans cette approche imaginaire de l’espace politique, l’espace public de la réalité et de l’événement se confond avec l’espace symbolique de l’énonciation et de la communication » (p. 23). En se fondant sur la logique « d’adhésion du sujet aux projets et aux expressions des pouvoirs et des institutions » (p. 24), l’auteur met en évidence les conséquences de la disparition de la distance critique entre l’action et le débat dans l’espace public, tels les fanatismes et les logiques imaginaires ou encore la confusion entre la réalité et ses représentations (p. 25). Mais en dépit de cette disparition, l’imaginaire demeure nécessaire étant donné qu’il peut maîtriser par le symbolique et la mémoire des informations concernant le présent, le passé ainsi que le futur, ce qui peut l’instituer comme un contre-pouvoir (p. 29).

9Dans le troisième chapitre de son ouvrage, « La suspension des médiations », l’auteur met l’accent sur le déficit de distanciation entre trois instances : le réel, le symbolique et l’imaginaire dans bon nombre d’événements politiques contemporains. Par exemple, l’échec des États-Unis en Irak où l’on a substitué une conception imaginaire de la démocratie à une réalité qu’ignoraient les décideurs (p. 55) ; ce même déficit sous-tend les cultes de la personnalité tel le célèbre « L’État c’est moi », ainsi que la confusion entre le destinateur et le destinataire. Il convient de mentionner ici la pertinence de l’utilisation des concepts et des méthodes sémiotiques dans l’interprétation des faits et des pratiques politiques — par rapport à la sociologie — qui nous aident à comprendre les stratégies des acteurs et les pratiques de ceux qui subissent la « rationalité » politique. La sémiotique offre des concepts et des méthodes « permettant de penser l’expression et les modes de représentation mis en œuvre dans l’imaginaire politique » (p. 28) puisque « [l]e seul fait de s’exprimer suffit dans l’imaginaire politique à établir le pouvoir de celui qui s’exprime » (p. 67).

10L’auteur ne manque pas de dissocier l’espace public du débat autour de la confrontation et de l’élaboration des identités politiques, ayant comme mode majeur d’énonciation la parole ou l’écriture, de l’espace public de l’imaginaire, espace où la politique est un spectacle et dans lequel le mode d’expression est l’image ou l’écriture imagée (p. 45).

11Selon Lamizet, « les acteurs et les identités politiques se définissent toujours à la fois par les pratiques qu’ils mettent en œuvre et par les futures qu’ils imaginent pour la société dans laquelle ils se trouvent » (p. 67). Autrement dit, « l’identité politique n’aurait de sens sans l’articulation et l’expression d’une instance imaginaire » (p. 68). L’imaginaire politique se définit par un lien significatif entre deux médiations : la médiation entre le temps long et le temps court et celle entre le singulier et le collectif. L’auteur ne manque pas d’illustrer par des exemples emblématiques l’articulation de ces médiations. Ainsi le fameux discours d’Obama en 2008 est-il évoqué pour exemplifier la médiation entre le temps court et le temps long (l’insistance sur l’histoire), alors que la médiation entre le singulier et le collectif se lit à partir du syntagme notre génération (p. 68).

12La dimension politique de l’imaginaire est fondamentalement une « logique du projet » (p. 76) et la même triade déjà évoquée est à l’œuvre dans l’imaginaire du champ d’exercice du pouvoir.

Son champ symbolique est l’ensemble des représentations et des expressions de ce pouvoir. Son champ réel est l’ensemble des espaces des temps, des personnes, sur qui s’exerce le pouvoir ou sur lesquels il exerce son emprise. Enfin ce que l’on peut appeler le champ imaginaire du pouvoir désigne l’ensemble des projets visés par les acteurs du pouvoir (p. 77).

13Dans son chapitre 4, « Sémiotique imaginaire des identités politiques », Lamizet réutilise et valorise des concepts fondamentaux de la sémiotique française telle l’intertextualité de Julia Kristeva (1969) : l’imaginaire politique est composé

d’une intertextualité multiple et complexe qui articule information, le discours des médias et la littérature, le discours politique et la fiction, l’écriture et l’image et les autres systèmes d’expression et de représentation. L’imaginaire politique est fait d’une multiplicité de langages et de modes d’expression qui l’inscrivent en quelque sorte par définition dans les structures et les codes de l’intertextualité (p. 72).

14L’imaginaire étant l’une des instances qui fondent l’identité, la réflexion ne pouvait pas ne pas s’attarder sur des figures de l’identité telles que l’identité imaginaire du peuple ; le peuple n’intervient pas dans les récits comme un acteur politique, mais comme une abstraction à laquelle tout acteur peut s’identifier (p. 325). La réflexion sur le peuple (opposé à la classe sociale ou à l’« acteur incarné ») est pleinement justifiée dans le contexte actuel de consolidation des rhétoriques populistes et au moment où se figent les identités ethniques, politiques, religieuses. On aurait souhaité que soit développée l’idée suivante : « Le populisme est une forme de confrontation politique entre acteurs dans laquelle les identités qui s’opposent les unes aux autres représentent des formes imaginaires de l’appartenance et de la sociabilité » (p. 329).

15En fait, chacun des chapitres mériterait un développement ultérieur tant il est ancré dans les questions sociétales les plus actuelles (voir les chapitres « Imaginaire et mythe », « L’imaginaire politique et le religieux », « Les thématiques de l’imaginaire politique », « Imaginaire et crise », « Imaginaire, rhétorique, propagande »). À la fin d’un livre ouvert (dans le sens d’Umberto Eco) tant par la thématique que par les nombreuses pistes tracées, la conclusion (trop courte, selon nous) insiste à juste titre sur le travail réflexif et critique que le lecteur doit prolonger à partir du concept si généreux qu’est l’imaginaire qui fonde la mémoire, l’histoire, le mythe en se constituant comme principe explicatif du monde et leçon morale (comme de la fable) du passé.

Haut de page

Bibliographie

CASTORIADIS, Cornelius (1975), L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

DURAND, Gilbert (1960), Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Presses universitaires de France.

KRISTEVA, Julia (1969) Séméiôtiké : recherches pour une sémanalyse, Paris, Seuil.

LAMIZET, Bernard (2000), La médiation culturelle, Paris, L’Harmattan, Coll. « Communication ».

LAMIZET, Bernard et Ahmed SILEM (1997), Dictionnaire encyclopédique des sciences de l’information et de la communication, Paris, Ellipses.

LAMIZET, Bernard et Pascal SANSON (1998), Les langages de la ville, Paris, Parenthèses Éditions, Coll. « Eupalinos ».

MAFFESOLI, Michel (2013), Imaginaire et postmodernité, Paris, Éditions Manucius.

MUSSO, Pierre (2013), « Préface » dans Michel MAFFESOLI, Imaginaire et postmodernité, Paris, Éditions Manucius.

WEYMOUTH, Anthony et Bernard LAMIZET (1999/1996), Markets and Myths: Forces of Change in the European Media, New York, Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniela Roventa-Frumusani, « Bernard LAMIZET (2012), L’imaginaire politique », Communication [En ligne], vol. 33/2 | 2015, mis en ligne le 27 janvier 2016, consulté le 29 janvier 2017. URL : http://communication.revues.org/5958

Haut de page

Auteur

Daniela Roventa-Frumusani

Daniela Roventa-Frumusani est professeure à la Faculté de journalisme et de sciences de la communication de l’Université de Bucarest. Courriel : danifrumusani@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Communication sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

TECHNIQUES POUR CONTROLER ET MANIPULER LA POPULATION

TECHNIQUES POUR CONTROLER ET MANIPULER LA POPULATION

La stratégie de la diversion

Elément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser ; de retour à la ferme avec les autres animaux. » (Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »)

Créer des problèmes, puis offrir des solutions

Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple : laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

La stratégie du dégradé

Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution si ils avaient été appliqués brutalement.

La stratégie du différé

Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu. Exemple récent : le passage à l’Euro et la perte de la souveraineté monétaire et économique ont été acceptés par les pays Européens en 1994-95 pour une application en 2001. Autre exemple : les accords multilatéraux du FTAA que les USA ont imposé en 2001 aux pays du continent américain pourtant réticents, en concédant une application différée à 2005.

S’adresser au public comme à des enfants en bas-age

La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Exemple typique : la campagne TV française pour le passage à l’Euro (« les jours euro »). Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans. » (cf. « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »)

Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion

Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise

Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être de la plus pauvre sorte, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. » (cf. « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »)

Encourager le public à se complaire dans la médiocrité

Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

Remplacer la révolte par la culpabilité

Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution !…

Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes

Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

Auteur Inconnu

POURQUOI L AFRIQUE VA MAL?

ENTREVUE EXCLUSIVE DU Pr. Benoît Awazi Mbambi Kungua.

 

 

ENTREVUE EXCLUSIVE 

 

Le postcolonialisme en Afrique intéresse plusieurs universitaires et auteurs du continent. C’est le cas du Pr. Bénoît Awazi Mbambi Kungua originaire de la RDC qui réside à Ottawa au Canada. Ce dernier est aussi président du Centre de recherche pluridisciplinaire pour les communautés d’Afrique et de diasporas(Cerclecad) basé dans la capitale canadienne.  Le Pr. Bénoît Awazi donne son point de vue sur les problèmes africains. 

 

  Bonjour Pr. Bénoît Awazi. Vous venez de publier chez l’Harmattan un essai intéressant qui a pour titre: ” De la postcolonie à la mondialisation néolibérale. Radioscopie éthique de la crise négro-africaine”. Qu’est-ce qui a motivé d’écrire cet ouvrage? 

 

B.A- Cette recherche pense la crise africaine contemporaine dans le but d’établir une étiologie convaincante, avant de mettre en œuvre des stratégies de sortie de la crise protéiforme et multidimensionnelle qui paralyse les sociétés africaines postcoloniales, en se répercutant aussi dans les diasporas africaines du monde occidental. Une auscultation pluridisciplinaire des sociétés africaines contemporaines montre un processus de stratification, de concaténation, de sédimentation et de complexification de la crise africaine. La crise peut se comprendre comme le résultat d’un télescopage (collision) entre des trajectoires historiques, des temporalités diverses, des logiques politiques prédatrices et kléptocratiques, des dynamiques sociales et religieuses qui se déploient simultanément dans les sociétés négro-africaines. Ce processus accru et continu de complexification et de concaténation de tous ces ingrédients explosifs de la crise m’a obligé de recourir à une méthodologie hybride qui se déploie comme une combinatoire de deux démarches heuristiques : 1. La méthode volcanique, sismique, éruptive et explosive et 2. La méthode phénoménologique et herméneutique. C’est ce processus de forage phénoménologique, tellurique et sismique qui m’a permis de situer l’épicentre de la crise négro-africaine contemporaine dans la prolifération terrifiante des croyances et des pratiques relatives au paradigme politico-religieux de la « Sorcellerie ». Ces deux méthodologies (éruptive et phénoménologique) m’ont montré un processus de concaténation de 3 couches de la crise (1. L’échec de la postcolonie, 2. L’échec de la mondialisation néolibérale, 3. La prolifération des pathologies irrationnelles et spirituelles attenantes au paradigme étiologique de la sorcellerie. Ces trois strates de la crise africaine se cristallisent autour de la généralisation de la « Sorcellerie » dans les sociétés africaines contemporaines. En prenant l’analogie avec les mouvements sismiques, je peux considérer la sorcellerie comme l’épicentre des crises négro-africaines contemporaines. 

 

Le recours à la démarche phénoménologique vise en contrepoint la radicalisation et la cristallisation du processus d’émergence des Africains comme « sujets, acteurs et auteurs » de leur histoire et de leur destin dans un monde régi et propulsé vers le chaos par les logiques prédatrices, mercantilistes et génocidaires de la mondialisation néolibérale, où toute parcelle d’être est réduite à la seule logique marchande. Malheur aux peuples des pays faibles et dominés par les grandes puissances militaires et capitalistes qui imposent leurs lois et leurs intérêts sur le reste du monde. Je termine en signalant que la démarche phénoménologique pense le processus d’émergence du sujet (de la conscience du sujet) dans la temporalité et le sens que le sujet donne au procès de sa constitution dans sa temporalité finie. Il s’agit plutôt d’une phénoménologie qui se veut en même temps, une herméneutique éthique, théologique et politique des crises négro-africaines contemporaines. Mais cette herméneutique est propulsée par la volonté d’une radioscopie (auscultation) éthique et politique des désastres et turpitudes des Africains dans leur gestion chaotique et nécropolotique des sociétés africaines postcoloniales. Ma recherche vise ultimement la promotion d’un leadership intellectuel et éthique dans les sociétés africaines contemporaines, leadership sans lequel nous allons passer encore 50 autres années de chaos et de régressions sur tous les aspects de la vie dans les sociétés africaines postcoloniales. 

 

Pourquoi votre intérêt pour le post colonialisme. Est-ce que vous avez été influencé par d’autres théoriciens du post colonialisme à l’exemple du Pr. Achille Mbembe?  B.A- Évidemment, aucun penseur ne peut penser de nulle part (ex nihilo). J’ai évidemment lu les travaux d’Achille Mbembe et de bien d’autres penseurs des « Postcolonial Studies » dans le monde, et je me suis appuyé sur certaines  de ces intuitions majeures, mais pour les radicaliser en opérant une transmutation de paradigme dans la critique éthique, politique, philosophique et théologique des sociétés africaines postcoloniales. Parmi les intuitions d’Achille Mbembe je mentionnerai : 1. la nécessité épistémologique de mettre l’emphase sur les lectures autochtones et autonomes que les couches populaires effectuent de l’aggravation de la crise postcoloniale dans des régimes nécropolitiques et nécrocrates dont la finalité ultime consiste à tuer des citoyens (Afrique indociles. Christianisme, Pouvoir et État en société postcoloniale, Karthala, Paris, 1988), l’étreinte érotique ou mieux le partage de la même épistémologie du pouvoir, de la politique du ventre, de la lubricité, de l’esthétique de la vulgarité et de l’ostentation entre les autocrates et les foules qui les courtisent pour pouvoir manger ou échapper aux technologies meurtrières ou thanatocratiques qui caractérisent les « démocratures nègres postcoloniales » (De la Postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Karthala, Paris, 2000) et enfin, la recherche des voies et moyens pour l’advenue d’une politique de l’épanouissement de l’humanité des Africains qu’il désigne par les deux expressions de « la montée en humanité » et de la « déclosion du monde ». Il vise la promotion d’une nouvelle modernité africaine qu’il qualifie « d’Afropolitaine », dans son dernier essai : Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée, La Découverte, Paris, 2010. 

 

Cela étant dit, mon ouvrage radicalise ces intuitions et opère une transmutation de paradigme épistémologique dans l’auscultation de la crise africaine, en adoptant une méthode hybride (volcanique et phénoménologique). En faisant de la sorcellerie l’épicentre ou le paradigme étiologique et holistique à partir duquel une compréhension holistique des crises africaines peut advenir, j’ai ouvert de nouvelles pistes de compréhension endogène des crises africaines, sans pour autant minimiser les responsabilités des forces exogènes qui étranglent les Africains à l’aube de ce XXIème siècle. La sorcellerie comme fait social total permet d’avoir une compréhension endogène et holistique des crises africaines contemporaines, car elle se situe aux interstices du politique, du religieux et du symbolique, dans les stratégies populaires de survie face à l’aggravation des logiques nécrocratiques des dictateurs africains. La prolifération des Églises du réveil partout en Afrique et dans les diasporas d’Europe et d’Amérique du Nord, à la faveur de la montée des formes pathologiques et irrationnelles de religiosités populaires, constitue un défi massif posé à l’intelligence africaine au début de ce siècle. En m’adossant à ce phénomène massif et incontournable dans les communautés noires du monde, ma recherche s’est appuyée sur une méthodologie pluridisciplinaire dans la quête des stratégies efficaces de guérison holistique des Africains. Le but ultime étant d’éradiquer ou mieux de déconstruire ces formes irrationnelles et pathologiques de religiosités populaires, qui obèrent le processus d’irruption et d’auto-promotion des Africains comme seuls sujets, acteurs et auteurs de leur destin collectif dans un monde qui n’a de « dieu » que l’accumulation capitaliste par le déploiement des logiques prédatrices, impériales et génocidaires. Tant pis pour les pauvres et les milliards d’êtres humains exclus de facto de ce gigantesque réseau commercial mondial. Mon ouvrage vise la promotion d’un leadership éthique basé sur la rigueur méthodologique dans l’analyse des crises négro-africaines, l’exigence d’une posture épistémologique pluridisciplinaire, et la prise en considération du paramètre religieux à l’intérieur duquel les Africains analysent leurs crises et cherchent des stratégies de sortie de crise. C’est l’oubli de la prépondérance des logiques religieuses dans les sociétés africaines qui a conduit la plupart des Africanistes européens dans des conclusions complètement erronées, obsolètes et néocoloniales dans leurs publications. C’est la raison pour laquelle mon ouvrage a commencé par une « gigantomachie » que j’ai livrée à quelques uns d’entre eux, dont le paroxysme a été atteint quand j’ai commencé dès le premier paragraphe du premier chapitre par défaire et démolir la fable raciste, esclavagiste et haineuse de Stephen Smith dans son pamphlet dégoûtant : Négrologie. Pourquoi l’Afrique meurt, Calman-Lévy, Paris, 2003.             En menant courageusement cette bataille intellectuelle avec certains Africanistes de Paris, je voulais montrer les enjeux de pouvoir et les enjeux de manipulation idéologique dans les productions scientifiques de certains Africanistes occidentaux, qui persistent dans la promotion des savoirs éculés façonnés par les schèmes intellectuels de l’ethnographie raciste et coloniale du XIXème siècle, selon laquelle les sociétés et cultures africaines se trouveraient au bas de la stratification des races et des cultures, arbitrairement établie par les philosophes eurocentristes et racistes (Gobineau, Hegel, Husserl etc.) du XIXème siècle. L’un des défis que les intellectuels africains ont à relever aujourd’hui, se situe simultanément dans le champ du discours  savant sur l’Afrique (Afrodiction) et de l’écriture de l’Afrique (Afrographie) par les différents acteurs voulant monopoliser tous les leviers de domination symbolique et matérielle sur les sociétés africaines contemporaines. 

 

Est-ce que nous pouvons savoir les années qu’il a fallu pour achever ce travail intellectuel qui exige une certaine rigueur en sciences sociales? 

 

B.A- Vous me posez une question cruciale, car avant d’y répondre, je tiens à paraphraser un grand intellectuel camerounais, que je considère comme un de mes maîtres, le père Engelbert Mveng. Il disait que, « compte tenu des régimes bestiaux, anti-intellectualistes et ignares qui nous dirigent, il est demandé aux intellectuels africains de devenir autodidactes tout au long de leurs vies, car il n’y a que peu d’Africains qui accèdent à un niveau d’érudition élevée. Donc chaque chercheur africain doit aspirer in actu exercito, à la pluridisciplinarité pour combler le manque criant de combattants dans la bataille intellectuelle sur l’énonciation scientifique de l’Afrique (Afrodiction et Afrographie) dans la géopolitique mondiale. Par là je veux dire que cet ouvrage m’a pris une dizaine d’années pour être achevé, non pas en y travaillant chaque jour, mais seulement quelques week-ends et durant les vacances, car mes journées sont occupées par l’enseignement aux fonctionnaires du gouvernement fédéral du Canada, et cela n’a rien avoir avec ma formation initiale (Philosophie, Sciences Sociales et Théologie), mais aussi cela ne me laisse que peu d’heures par jour pour poursuivre le travail ardu et austère de recherches dans les bibliothèques universitaires et d’écriture. En faisant ce long détour pour te répondre, je tiens juste à dire à nos lecteurs qu’écrire aujourd’hui pour les intellectuels africains (qu’ils soient en Afrique ou dans les diasporas) qui vivent pour la plupart d’entre eux dans des conditions précaires, relève de l’abnégation, du sacrifice et l’auto-dépassement. Au moment où je vous écris ces lignes, je tiens à vous dire que j’ai une dizaine d’autres manuscrits sur l’Afrique, la philosophie, les sciences sociales et la théologie qui sont en chantier et qui n’avancent pas comme je l’aurai voulu, à cause du manque de temps disponible, devant comme tout citoyen vaquer aux occupations obligatoires pour me conformer aux impératifs consuméristes de paiement des factures, des hypothèques et des cartes de crédit que le réseau tentaculaire néolibéral m’impose. Mais je fais de mon mieux et je ne regrette rien. 

 

Vous êtes un observateur averti des problèmes africains. Quel est votre point de vue au sujet de la crise post électorale en Côte d’Ivoire et du dénouement de cette crise ivoiro-ivoirienne qui a vu l’implication d’autres acteurs internationaux, notamment la France et les Nations unies?  

B.A- La crise en Côte d’Ivoire corrobore dans les faits les analyses théoriques et pratiques que j’ai faites dans mon ouvrage sur les 3 échecs qui caractérisent la situation politique des pays africains soi-disant « indépendants » : échec cuisant de la gestion autochtone de la postcolonie, échec de l’intégration dans la mondialisation néolibérale et enfin, échec qui se manifeste par l’omniprésence des croyances et des pratiques  relatives à la sorcellerie dans l’espace domestique et public, aussi bien Afrique que dans les diasporas occidentales. L’intervention de la France et des Nations Unies n’a été possible que par le manque criant d’un leadership politique et éthique fort, non seulement en Côte d’Ivoire, mais dans la quasi-totalité des pays africains postcoloniaux. Il s’agit aussi d’un échec pathétique et cinglant des « intellectuels africains », incapables pour la plupart d’entre eux, de promouvoir un leadership réticulaire basé sur la probité éthique et la probité intellectuelle dans l’analyse objective des problèmes politiques et économiques des pays africains. Mais tous ces échecs s’expliquent en grande partie par la généralisation, puis l’aggravation des schèmes pathologiques du tribalisme, de la politique du ventre et du fanatisme idéologique, qui empêchent les intellectuels africains de poser un diagnostic honnête, objectif, profond et judicieux des crises qui paralysent les sociétés africaines postcoloniales. Si les Ivoiriens étaient des sujets responsables de leur destin il n’y aurait ni les troupes françaises dans leur territoire ni la satellisation des infrastructures économiques du pays par les entreprises et hommes d’affaires français qui se comportent en « terrain conquis », étant donné les forces de dissuasion militaire déployées par la françAfrique de Nicolas Sarkozy, et qui ont montré leur supériorité militaire incontestable pour en découdre,  capturer et humilier aux yeux du monde entier le président Laurent Gbagbo et sa femme Simone. Je signale en passant que c’est Félix Houphouët Boigny, le père de la nation ivoirienne, qui fut le créateur de ce concept de « FrançAfrique » pour poursuivre une collaboration privilégiée avec l’ancienne puissance colonisatrice du général De Gaulle. Mais cela s’est traduit dans les faits par l’émergence d’un réseau tentaculaire et criminel où les présidents français et les autocrates africains (Houphouët, Bongo père et fils, Léon Mba, Bokassa, Eyadema père et fils, Mobutu, Didier Ratsiraka. Obiang Nguema, Sassou NGuesso, Biya, Blaise Compaoré,…) vivent dans la corruption réciproque et l’immoralité la plus sordide. J’ai dit qu’il s’agit d’un échec de l’intelligence en Afrique, mais il faudrait que je précise qu’il s’agit aussi d’une absence totale de leadership éthique et d’hommes politiques d’envergure en Afrique. Aussi bien les intellectuels que les hommes politiques continuent à penser et à agir selon les impératifs alimentaires de la politique du ventre et les solidarités mécaniques de la pathologie ethnotribale. Les populations sont ainsi manipulées par des politiciens et des intellectuels véreux, corrompus et incompétents qui n’ont de dieux que leurs ventres et leurs bas-ventres. Devant la généralisation de cette épistémologie alimentaire, sinistre, obscurantiste et tribale dans les sociétés africaines postcoloniales, il est fort à craindre que les 50 années qui viennent après l’échec cinglant du premier cinquantenaire des « indépendances politiques » de pacotille, soient marquées par la régression des sociétés africaines sur tous les plans de la vie sociale : politique, économique, sanitaire, intellectuelle et religieuse. Les fragilités chroniques de l’Afrique par rapport à la volonté de puissance et aux logiques mercantilistes du capitalisme mondial depuis le XVIème siècle ne feront malheureusement que s’intensifier avec des millions d’Africains qui mourront de faim, de manque de soins, et surtout de la généralisation des guerres d’exploitation de matières premières pour faire fonctionner les industries et entreprises de la mondialisation néolibérale. 

 

Le Maghreb a été en ébullition démocratique depuis les manifestations de décembre 2010 en Tunisie. C’était  le début du printemps arabe qui n’a pas épargné un  pays du Proche Orient comme la Syrie. Quelle est votre analyse de cette volonté d’aspiration des citoyens des pays arabes à la démocratie et la liberté d’expression? Est-ce que ce vent pourrait souffler en Afrique noire cette année où plusieurs pays organisent des élections présidentielles ? 

 

B.A-    Oui ce que nous appelons le printemps arabe constitue un  tsunami qui va faire chavirer les dictatures sanguinaires et corrompues en Afrique subsaharienne. Je signale que tout a commencé par le jeune tunisien Boizizi qui s’est immolé par le feu, suite au chômage chronique qui frappe une grande partie de la jeunesse tunisienne. Mais c’est surtout les brutalités des policiers qui ont saccagé sa boutique qui l’ont poussé à commettre cet acte de désespoir et de dépit. Depuis cet acte héroïque et révoltant, les dictatures arabes ont été sérieusement ébranlées par les répliques de ce tsunami. Même une dictature militaire aussi féroce que de la Syrie de El Hassad, est en train de subir en plein cœur les craquements dus à cette déferlante de révoltes arabes.          Au sujet des pays de l’Afrique subsaharienne, il n’y a pas un scénario univoque, mais plusieurs scénarii qui dépendront de la maturité politique et intellectuelle de chaque pays. Je me lance, à mes risques et périls, dans quelques pronostics et conjectures : 

 

1.     Nous venons de voir comment le peuple sénégalais a fait reculer l’autocrate Wade le 23 juin dernier, qui voulait changer la constitution pour faciliter la prise de pouvoir de son fils Karim Wade (candidat désigné de la FrançAfrique de Nicolas Sarkozy). Mais personne ne pouvait pronostiquer les révoltes du peuple sénégalais, jusqu’à obliger l’autocrate Wade à reculer devant la détermination coriace et farouche du peuple sénégalais, que plusieurs jugeaient, à tort, comme mou et vendu ad vitam aeternam aux prétentions hégémoniques de la françAfrique de Nicolas Sarkozy, qui prononça un « discours raciste et insultant » pour tous les Africains, en mai 2007, dans les locaux de la prestigieuse université Cheikh Anta Diop de Dakar. Une telle humiliation ne pourra jamais se produire dans le monde arabe où les hommes ont des couilles à la place qu’il faut. Je rappelle en passant l’Irakien qui avait à deux reprises tenté d’atteindre la tête du président George Bush, l’homme prétendument le plus puissant au monde, avec sa paire de chaussures. 

 

2.     La République démocratique du Congo (RDC), mon pays, malgré ses potentialités humaines et économiques, est parmi les pays les plus misérables de la planète et dont la vitalité intellectuelle tend vers zéro. Mais je dois quand même signaler une grande tradition de résistance populaire contre les dictatures de Mobutu et de tous les autres autocrates qui l’ont suivi. Cette résistance populaire farouche se poursuit aujourd’hui par les activistes et défenseurs de droits de l’homme, dont la plupart continuent d’être assassinés (Chebeya, etc) sous nos yeux. Je dois aussi rendre hommage à toutes les victimes congolaises qui ont osé défier les dictatures diaboliques de Mobutu et de ses successeurs, et qui sont tombés sous les balles d’une soldatesque inculte, bestiale et ignare. Ce qui est navrant pour la RDC, est de constater l’absence de leaders politiques ayant une vision cohérente et globale de la société et de la politique, capable d’humaniser un pays où les logiques nécropolitiques, ethno-tribales et corruptrices ont atteint des seuils catastrophiques et déshumanisants. Tous les politiciens veulent juste remplacer Kabila, sans nécessairement nous démontrer de façon convaincante leurs capacités intellectuelles et leur volonté politique et éthique à reconstruire une société démocratique et développée en RDC. Il y a des groupes armés tels que les Maï Maï à l’Est et le groupe des Combattants (qui oeuvrent aussi bien en RDC que dans les diasporas) qui veulent en découdre une bonne fois pour toutes avec le président Kabila durant les élections de novembre 2011. Il y a beaucoup à craindre quant à la répétition du scénario macabre et apocalyptique de la Côte d’Ivoire dans d’autres pays africains en crise et au bord de l’implosion. 

 

3.     Mon dernier exemple porte sur le Cameroun, votre pays. Malgré ses ressources économiques, écologiques et humaines importantes, le Cameroun est parmi les pays les plus corrompus de la planète, mais qui jouit d’un calme social relatif. En effet, depuis l’arrivée au pouvoir de l’autocrate Paul Biya en 1982, il n’y a pas eu de guerres d’envergure (comme celles qui ont eu lieu en Côte d’Ivoire, au Congo-Brazzaville et en RDC) au Cameroun, excepté des émeutes de la faim (2008) et des émeutes postélectorales lors des fraudes chroniques du président Paul Biya durant les élections. Mais il y a quelques jours, un groupe de 200 musiciens camerounais sont allés à la résidence de Paul Biya à Mvomeka, pour le supplier de se représenter aux élections de novembre 2011. L’ambiance était euphorique avec de la nourriture, de la boisson, un grand gâteau et des danses enflammées en l’honneur de l’autocrate Biya, et de sa femme, qui, soit dit en passant, est une danseuse hors pair de la danse traditionnelle beti, le « Bikutsi ». Les habitudes pathologiques et les impératifs alimentaires de la politique du ventre risquent d’amoindrir sérieusement l’impact des révoltes arabes au Cameroun, car la masse de ceux qui ne pensent qu’à s’alimenter en captant l’argent distribué par les restes de l’État (appelé ironiquement par les Camerounais, la « mangeoire nationale »), est beaucoup plus grande que ceux qui veulent en découdre une bonne fois pour toutes avec le régime corrompu et sanguinaire du président Paul Biya. 

 

Après avoir effectué 3 études de cas, avec 3 pronostics différents, je puis dire que les divisions politiques et la divergence d’intérêts économiques entre les acteurs sociaux et les partis politiques en RDC et au Cameroun, feront que des régimes dictatoriaux pourront facilement perdurer, car ils auront une masse critique de courtisans et de partisans prêts à les encenser moyennant de la nourriture.  N’est-ce pas qu’un proverbe camerounais dit : « la bouche qui mange ne parle pas ». Fin de citation. 

 

Enfin, vous êtes le président du Cerclecad, un centre de recherche basé à Ottawa. Est-ce que vous pouvez informer davantage nos lecteurs sur les activités de ce centre de recherche pluridisciplinaire qui s’intéresse à l’Afrique et sa diaspora? 

 

B.A-    Le centre de Recherches pluridisciplinaires sur les communautés d’Afrique noire et de diasporas (Cerclecad) dont je suis l’actuel président, se veut être un maillon d’un vaste réseau mondial de think tanks (Cercles de réflexion critique et pluridisciplinaire) réfléchissant sur les problèmes concernant les communautés noires d’Afrique et de diaspora.  Bien que situé à Ottawa, nous avons un millier de collaborateurs et d’amis qui vivent en Amérique du Nord, en Afrique, en Europe et aux Antilles, et qui reçoivent régulièrement les informations sur les activités scientifiques mensuelles et annuelles. Les lecteurs peuvent consulter notre site (www.cerclecad.org) pour avoir plus de détails. Parmi ces collaborateurs et collaboratrices, nombreux participent par leurs réflexions dans des discussions que nous menons sur les différents problèmes de l’actualité africaine. D’autres écrivent des articles de réflexion critique dans notre revue annuelle : Afroscopie, revue savante et pluridisciplinaire sur l’Afrique et les communautés noires.          Notre principale mission consiste à conduire des recherches scientifiques sérieuses, pluridisciplinaires et émancipatrices pour accélérer le processus de reconstruction et de renaissance des communautés noires dans le monde. Nous voulons ainsi être un lieu d’expertises pluridisciplinaires pour informer les autorités politiques du Canada et les médias sur les principaux défis que rencontrent les Afro-canadiens sur le chemin de leur intégration au Canada. Étant convaincus qu’aucune action transformatrice d’envergure ne peut advenir  une société sans une réflexion solide en amont, le Cerclecad organise chaque mois une conférence à l’Université d’Ottawa pour traiter d’une question importante pour les communautés africaines du Canada. Mais chaque année, au mois de décembre, nous organisons un colloque récapitulatif sur un thème englobant. Par exemple, le 18 décembre 2010, nous avons organisé un colloque intitulé : « Le bilan de 50 ans des indépendances politiques africaines et les défis de l’intégration des Africains au Canada. Histoire, Enjeux éthiques et Perspectives d’avenir pour la renaissance africaine ». Cette année, nous organiserons, le samedi 17 décembre 2011, toujours à l’université d’Ottawa, un autre colloque traitant d’un sujet tout aussi névralgique pour les communautés africaines du Canada. Le titre est : « Les communautés noires et l’engagement politique au Canada. Défis, Enjeux et Stratégies pour plus de visibilité dans la société canadienne ». J’ai déjà contacté plusieurs députés fédéraux de la région de la capitale nationale et les ai invités pour qu’ils prennent part à ce colloque annuel sur l’absence des Afro-canadiens dans l’échiquier politique canadien. 

 

         Nous entretenons aussi un partenariat régulier avec les autorités politiques (députés provinciaux, fédéraux et élus municipaux) pour trouver ensemble des stratégies pour une « intégration réussie » des communautés africaines au Canada, qui ont la caractéristique d’accumuler toutes sortes de précarités professionnelles, de pauvretés économiques, de marginalités politiques et de positions sociales subalternes, parmi les différentes minorités dites visibles au Canada, alors qu’il fallait plutôt les désigner comme des « minorités invisibles », car ils le sont effectivement sur l’échiquier politique et les postes de direction dans les entreprises, la fonction publique et les universités.          Je dois signaler enfin notre occupation efficace et constante des médias nationaux (Radio Canada) et internationaux (Radio Canada International) où nous sommes régulièrement invités pour donner nos positions sur des dossiers africains actuels : le cinquantenaire des indépendances politiques en 2010, la déflagration sociale et politique en Côte d’Ivoire, les répercussions des révoltes arabes en Afrique subsaharienne, les ghettos africains dans les grandes villes canadiennes (Toronto. Montréal, Ottawa, Edmonton, etc.), et plus récemment j’ai donné une entrevue à l’émission Tamtam Canada dans Radio Canada International, le vendredi 24 juin 2011, en l’occasion du lancement officiel de mon ouvrage : De la Postcolonie à la Mondialisation néolibérale. Radioscopie éthique de la crise négro-africaine contemporaine, L’Harmattan, Paris, 2011. (http://www.rcinet.ca/francais/emission/tamtamcanada/accueil/date/24-06-2011/). Le lancement a eu lieu le samedi 25 juin 2011 dans la salle du Sénat de l’Université d’Ottawa dans le cadre de nos conférences scientifiques mensuelles. 

 

         Le Cerclecad est enfin propulsé par un « leadership réticulaire, éthique et intellectuel » qui consiste à collaborer avec un grand nombre de chercheurs et de penseurs dans le monde par-delà les clivages raciaux, idéologiques et culturels. C’est ainsi que nos conférenciers et nos collaborateurs viennent du monde entier et de tous les horizons culturels (Amérique du Nord, Europe, Afrique, Antilles), et cela nous préserve des dangers d’autisme ethnique et d’étroitesse d’esprit, qui ne peuvent conduire qu’au fanatisme, qu’à l’intolérance idéologique et à l’atrophie intellectuelle.

Propos recueillis par Ferdinand Mayega à Montréal (Canada).

 

De la Postcolonie à la Mondialisation néolibérale

UN  LIVRE  QUI  VAUT  LA  PEINE,

Par ce courriel, je tiens à annoncer la parution imminente aux Éditions l’Harmattan à Paris de mon prochain ouvrage intitulé : « De la Postcolonie à la Mondialisation néolibérale. Radioscopie éthique de la crise négro-africaine contemporaine ». J’ai essayé de procéder à une auscultation éthique et politique de la crise négro-africaine postcoloniale en adoptant une posture pluridisciplinaire.

Un livre publié échappe à son auteur et acquière de facto son autonomie. Alors je souhaite vivement qu’il suscite un débat critique, franc, ouvert, honnête et fécond.  Pour nos collaborateurs et collaboratrices qui habitent en Europe et aux Antilles, ils pourront s’adresser directement aux Éditions l’Harmattan à Paris et à son impressionnant réseau de distribution en Europe et dans le monde. Pour ceux qui habitent en Afrique, ils pourront aussi s’adresser aux maisons de l’Harmattan dans plusieurs capitales africaines (Ouagadougou, Kinshasa, Conakry, Abidjan, Nouakchott, Yaoundé, Libreville…). Toutes les autres capitales africaines ont des librairies et des universités qui sont en réseau et en étroite collaboration avec les Éditions l’Harmattan à Paris. Pour ceux qui habitent le Canada et les États-Unis d’Amérique (l’Amérique du Nord), ils peuvent aussi s’adresser à leurs librairies locales ou acheter directement sur Internet sur le site de l’Harmattan ou d’autres sites en ligne. Mais pour ceux qui habitent le Canada, plus spécialement dans la région de la Capitale nationale (Ottawa-Gatineau), et qui participent aux conférences mensuelles du Cerclecad à l’Université d’Ottawa, il y aura le lancement officiel avec la dédicace de l’auteur, lors de notre dernière conférence avant la pause estivale, le samedi 25 juin 2011 à 15H00 dans la salle du Sénat de l’Université d’Ottawa. Mais ceux qui vivent au Canada loin de la région de la capitale nationale, et veulent tout de même avoir la dédicace de l’auteur, ils peuvent me contacter au courriel (benkung01@yahoo.fr) pour que je leur expédie l’ouvrage à l’adresse postale qu’ils m’auront communiquée, moyennant un chèque qui comprendra le prix de l’ouvrage et les frais d’envoi. J’attends la fixation du prix par les librairies du Canada pour que je communique le prix officiel en dollars canadiens de cet ouvrage important. Pour tous les autres, ils peuvent toujours se procurer l’ouvrage soit par Internet, soit en le commandant à leurs librairies respectives. À Ottawa, je ferai un dépôt de livres à la librairie de l’Université Saint Paul d’Ottawa (223, Rue Main).

 Je ne peux pas finir ce courriel sans souhaiter à toutes les mères du monde entier une « joyeuse fête des mères » et beaucoup de joie dans leur maternité. Cette « maternité » qui continue à constituer un danger de mort dans la plupart des pays africains à cause des conditions sanitaires désastreuses, doit constituer un sujet de réflexion en vue d’une action politique d’envergure dans les pays africains fortement bousculés et rongés par les crises de la postcolonie et de la mondialisation néolibérale. Dans ces temps critiques et périlleux pour la plupart des pays africains de la postcolonie, le plaidoyer pour un « leadership féminin » fort devient un enjeu politique, éthique et philosophique primordial.

Dans tous les pays africains, sans le sens exceptionnel de débrouillardise et d’ingéniosité pratique des femmes dans la prise en charge quotidienne de la « survie » de nos familles, il y a longtemps que l’Afrique serait déjà disparue du globe terrestre. L’échec du leadership des hommes politiques africains, autocrates, kléptocrates et mégalomanes, depuis 50 ans des « indépendances de pacotille » est tellement patent, qu’il ne requiert plus de discussions oiseuses. Ce dont il s’agit de promouvoir aujourd’hui, dans nos communautés d’Afrique et des diasporas, c’est le renforcement de ce leadership féminin déjà à l’œuvre dans nos communautés noires de partout.

Le Cerclecad travaille avec intrépidité à l’émergence d’un tel leadership féminin, qui soit en même temps éthique, intellectuel et spirituel. En travaillant avec des femmes qui veulent devenir des actrices politiques et intellectuelles de leur propre émancipation et de celle de leurs enfants africains, le Cerclecad apporte sa modeste contribution dans le vaste chantier de la Renaissance africaine. C’est avec ces paroles que je dis « Joyeuse et Heureuse fête » à toutes nos mamans et nos mères par qui Dieu nous promus dans la Vie comme des vivants pour sa plus grande gloire.

Pour ceux qui habitent Ottawa, je vous attends nombreux et nombreuses à notre conférence de cat après-midi à l’Université d’Ottawa, sur la « crise politique en Côte d’Ivoire : Interpellations éthiques et politiques pour l’Intelligentsia africaine ».

Bonne fête des mères et Bon Week-end à tous et toutes !

Votre serviteur Benoît Awazi Mbambi Kungua

Président du Cerclecad.

LES 10 ERREURS FATALES DE LAURENT GBABO

 1. Au lieu d’utiliser la force, il fallait dès le départ prouver par tous moyens, qu’il a effectivement gagné les élections. Les trafics d’influence, les intimidations et menaces, l’ont tout de suite décrédibilisé.

2. Il a surestimé ses forces. Il a cru qu’il pouvait faire comme Georges W. Bush et réussir. L’Amérique en a payé le prix. Il a fallu trouver une étoile planétaire aussi brillante comme celle des rois mages bibliques en la personne de BARACK OBAMA pour vite remettre les USA sur la scène internationale.

3. Il a sous-estimé la force de l’Internationale Stratégique et Financière qui se cache derrière OUATARRA qui a ses ramifications dans plusieurs pays parmi lesquels l’Angola, l’Afrique du Sud, le Maroc, le Gabon, le Nigeria, le Burkina Faso, la France, I’ Israël, les USA, etc.

4. Il a feint d’ignorer que beaucoup de dirigeants africains ont encore besoin de l’appui français qui est membre permanent du conseil de Sécurité des Nations Unies avec droit de Veto. Même les Etats Unis ont besoin de la France. Quant Chirac s’est opposé à Bush, il a toutefois autorisé aux avions américains d’utiliser éventuellement l’espace aérien français pour faire la guerre. Les cadeaux politiques sont des dettes et ne s’oublient pas.

5. Il a ignoré que la COTE D’ IVOIRE est faite de beaucoup de citoyens d’origine étrangère. Il y a des discours qui sont gênants pour tous les métis « noirs » qui généralement occupent des postes hyper-stratégiques. Les africains doivent sortir de la logique du sang pour entrer dans la logique des alliances tactiques. Tout citoyen est citoyen. Admettre la notion de citoyen de seconde zone équivaut à une bombe placée dans une poubelle au cœur de la ville.

6. Il a ignoré que les discours nationalistes sont porteurs des malheurs : Lumumba, Kabila, Mugabe, Mobutu, Kadhafi, etc. en savent quelque chose. Il y a des intérêts nationaux qu’il faut parfois sacrifier pour avoir la paix et avoir le soutien de la Communauté Internationale. On peut sacrifier le cuivre, l’uranium, le diamant, etc. sur l’autel de la mafia internationale. En contre partie celle-ci peut vous garantir la paix. Par contre vous pouvez développer votre pays par l’intelligence informatique, l’innovation technologique, les structures scientifiques de haut niveau. Les idées suffisent largement pour rendre un pays riche, prospère et puissant. Sans la paix, les matières premières, les ports et infrastructures ne servent à rien.

 7. Il a oublié qu’il y a pas moins de quinze mille citoyens ivoiriens qui sont bi-nationaux : Français et Ivoiriens. La France n’est pas prête à avoir à Abidjan un pouvoir anti-français susceptible de menacer ses intérêts. L’appui des chinois ne suffit pas. La Chine a besoin de la France dans plusieurs domaines technologiques, industriels, militaires, etc. Les Français parlent très souvent de l’immigration africaine et parlent à peine de l’immigration chinoise. Et pourtant il y a des arrondissements entiers de Paris qui sont « chinoicisés ». Cela dit tout…

8. Il a sous-estimé l’influence de Blaise KOMPAORE et de son pays pauvre le BURKINA FASO. Les congolais de la RD CONGO sous-estimaient le Rwanda. Aujourd’hui leur opinion a changé. « Un petit piment pique mieux qu’un gros » dit un proverbe Luba du Kasaï. KOMPAORE est garant de la conscience tranquille française dans la mort de SANKARA qui s’impose comme un héros africain. Il faut en permanence acheter son silence.

9. GBABO, pourtant professeur d’histoire, n’a pas bien lu ou étudié l’histoire du Grand Maître et ancien agent français Omar BONGO ONDIMBA dans sa relation complexe avec la France. Il faut étudier l’Histoire pour pouvoir prendre de bonnes décisions au présent et anticiper l’avenir avec réalisme. Le grand Omar savait jusqu’où il pouvait aller dans ses menaces. Si le Gabon n’est pas développé, au moins le Gabon ne connait pas le traumatisme de la guerre. C’est vrai que la vie est un choix. Mais quand on est président, les choix stratégiques engagent la vie des innocents et martyrisent des millions des personnes.

10. GBABO s’est entouré des conseillers fanatiques, irréalistes, idéalistes et non pragmatiques. KABILA KABANGE Joseph, fils d’un président assassiné par la mafia internationale, a su sauver son pouvoir en allant faire un tour rapide en Occident dès son accession au pouvoir et en apprivoisant ses opposants d’hier, en leur donnant des avantages juteux, et surtout en acceptant de prendre le risque du partage de son pouvoir. Kabila est encore au pouvoir. Ses opposants d’hier sont enterrés aux oubliettes de l’Histoire. C’est parfois le prix à payer pour pacifier un pays.

SI OUATARRA semble avoir gagné, la Cote d’Ivoire vient de perdre pour au moins dix ans une bonne partie de ses atouts. Quel gâchis !

Jean KAZADI KATUMBAY excelle depuis plusieurs années dans le domaine du développement personnel. Il écrit plusieurs chroniques et donne des conseils gratuits.  Vous pouvez réagir sur le site ou lui écrire à l’adresse suivante : muazadi@yahoo.fr

LA FRANCE EST EN DANGER DE MORT

Les français deviennent-ils « extrémistes » ?  Les français se trompent énormément de cible en favorisant la tendance extrémiste. La crise économique est mondiale. Elle est structurelle et philosophique. Elle a ses racines dans les théories économico-politiques et stratégiques qui gouvernement la pensée et les structures mondiales. La faute n’est ni à Barack Obama, ni à Sarkozy, ni aux chinois, ni à Bruxelles.

Le capitalisme est entrain d’atteindre ses limites. Le travail classique ne permettra plus à tous les travailleurs de se prendre en charge et de mieux vivre. Il faut trouver de nouveaux critères de redistribution des richesses. La satisfaction équitable des droits humains les plus élémentaires et des indices du développement humain (santé, éducation, distraction, etc.) doit-être le but de l’action politique collective.

Il faudrait revoir la notion de la concurrence, de croissance et du développement, fut-il durable. Il y a des produits qui ne doivent plus être des marchandises. Mais j’avoue qu’un tel bouleversement culturel est difficilement envisageable. Les français qui sont habitués aux « acquis sociaux » auront de la peine à abandonner leurs privilèges et leur culture de surconsommation. Ceux qui votent contre la présence des étrangers et particulièrement les africains se trompent de cible.

La crise française n’est pas liée à l’immigration. Il y a beaucoup d’immigrés français au canada, aux USA, au Gabon, en Cote d’Ivoire. On l’oublie parfois. Autant l’Afrique a besoin de la France autant la France a besoin de l’Afrique. Beaucoup d’Africains aujourd’hui se tournent irréversiblement et avec entêtement vers la Chine et l’Inde. C’est la France qui est perdante si Claude Guéant supprime les visas aux africains pour plaire aux jeunes français qui ne comprennent rien ni de l’économie ni de la politique internationale.

Tous les africains qui sont déçus par la politique française et le penchant extrémiste actuellement en vogue, pourraient s’organiser pour saboter les intérêts économiques, culturels et politiques. Ils n’auront pas besoin de la violence barbare de Ben Laden, qui après tout, n’a rien changé. Elle nous a doté par contre des passeports biométriques un peu plus sécurisés. Paris et ses musées, son histoire, ses institutions internationales, son TGV, etc. est pour certains la capitale du monde.

Faut-il perdre ce statut pour se ghettoïser ? La France n’appartient pas aux français. Paris est une ville mondiale. La France que j’aime est un patrimoine universel. La France de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, est un phare qui éclaire les consciences. La France est une énergie qui doit mobiliser les peuples du monde entier et construire la fraternité universelle. La France n’est pas un pays. La France est un idéal humain qui tire les humains vers plus de solidarité.

Jeunes français, calmez-vous. Vous n’êtes pas les plus misérables. Il y a plus d’immigrés au Canada et aux Etats Unis qu’en Europe. Au lieu de revendiquer vos droits et avantages en permanence, essayons de nous associer, nous, citoyens conscients du monde entier. Débattons pour poser des nouvelles bases qui construisent une nouvelle civilisation. La nouvelle ère, doit permettre des combats, non pas les uns contre les autres mais les uns pour les autres.

Construisons de nouveaux forums qui, grâce aux réseaux sociaux, permettent de faire avance un nouvel ordre mondial. Il paraît irresponsable de demander à Sarkozy de penser à notre place. Les G8, les G20, les G2 (USA/CHINE), DAVOS, les parlements, les commissions, etc. ne sont que des tribunes permettant à certains de parler en nos noms. Les La vraie démocratie implique une participation de tous. Il faut qu’ensemble on revoit l’ordre social planétaire.

Je suis désolé de parler comme un prophète apocalyptique. Si vous votez pour l’extrême droite, voici les malheurs qui vous arriveront à coups sûr :

1. Les produits français seront sabotés

 2. Les touristes fuiront la France

3. La langue française disparaîtra et ne sera plus la langue diplomatique

4. Il n’y aura plus de fierté à être français

5. Le vin français n’aura plus de goût

6. Lors des compétitions internationales, plus personne n’applaudira les champions français

Pour le bien de tous, protégeons la France de la diversité, de la pluralité, de la différence. Ayez le courage de reconnaître que la vraie réponse à la crise actuelle n’est pas dans l’exclusion mutuelle. Elle réside dans une concertation planétaire. Le 21ème siècle avec toutes ses technologies de communication nous impose de redevenir de nouveaux Voltaires, Diderot, rousseau, Montesquieu, etc. capables de faire émerger un nouveau contrat social planétaire.

Jean KAZADI KATUMBAY excelle depuis plusieurs années dans le domaine du développement personnel. Il écrit plusieurs chroniques et donne des conseils gratuits sur ce site : https://conseilsgratuits.wordpress.com/ Vous pouvez réagir sur le site ou lui écrire à l’adresse suivante : muazadi@yahoo.fr

METHODES POUR SE DEBARRASSER DES DICTATEURS

Manuel à l’usage des peuples qui veulent se débarrasser de leur dictateur

Auteurs : Kidi Bebey et Alex Ndiaye

Vadémécum pour un printemps arabe.

Pour se débarrasser de son dictateur, la première règle est de ne compter que sur soi-même. Surtout, il ne faut pas croire que les Occidentaux voleront à votre secours. Faites d’abord le boulot, c’est alors seulement qu’ils se souviendront de l’universalité des fameux «principes démocratiques».

En second lieu, il n’est pas nécessaire d’avoir un homme providentiel, bien souvent il vous décevra et s’accaparera le pouvoir à la première occasion. Lui préférer une révolution sans leader, sans autre visage que celui du peuple. Cela a pour mérite de rallier les militaires et d’attirer la curiosité de l’opinion internationale.

Troisième point, il faut savoir choisir soigneusement ses manifestants. Veillez à tenir à l’écart les religieux extrémistes, les politiciens opportunistes, les ralliés de la dernière heure et les anarchistes destructeurs. En revanche, une jeunesse qui ne craint pas les balles et les gaz lacrymogènes —périmés ou non—, est un atout indispensable. La composante féminine est encore plus utile. Elle ajoutera du crédit à votre projet, vous ralliera une part non négligeable de la population (les femmes sont majoritaires dans TOUS les pays sauf l’Inde), abaissera le niveau de violence potentielle, et à l’occasion, une manifestation de femmes aux sein nus vous procurera quelques photos inoubliables.

Quatrièmement, cultivez vos amitiés sur Facebook. Ce ne sont pas plusieurs centaines, ni plusieurs milliers, mais des millions d’amis que vous devez avoir. Deux millions de Tunisiens ont leur page Facebook…  C’est la condition du succès: l’effet feu de brousse qui se transforme en un gigantesque incendie. Internet est votre meilleur ami et votre plus sûr allié. Le dictateur, même bien informé, ne sait pas encore comment contrer le Web.

Dès lors, vous devez veiller à documenter votre révolution en vous équipant de smartphones capables de filmer les manifestations ou la répression policière. Les Chinois fabriquent de faux iPhone à bas prix, on peut s’en procurer pour une somme raisonnable. Et puis, pour une fois au moins dans votre vie, vos films amateurs intéresseront un public plus large que votre cercle familial. Le quart d’heure de célébrité d’Andy Warhol est à portée de main…

Cinquièmement, trouvez un nom qui sonne bien pour votre révolution. Les fleurs (œillets, tulipe, jasmin) ça commence à lasser. Les couleurs (rouge ou orange) ça n’est guère glamour. Au rayon des tissus, hormis le velours, on ne voit pas trop quoi choisir… Tweed, popeline, wax ou bazin… vous pouvez essayer mais le succès n’est pas garanti.

Dans le même ordre d’idée, un bon slogan vaut mieux qu’un long discours. «Ben Ali dégage!», simple et direct —bien qu’un peu sommaire— s’est révélé d’une efficacité redoutable. On peut certes le reproduire de pays en pays, mais vous devez faire preuve d’originalité; c’est à ce prix que votre révolution sortira du lot et sera médiatisée de par le monde.

Sixièmement, sachez retourner les policiers et les soldats. Après tout ce sont des hommes comme vous, des citoyens et des pères de famille. Beaucoup ont les mêmes problèmes quotidiens que vous. Ils habitent parfois la rue d’à côté. Profitez-en donc pour aller sonner à leur porte la nuit venue, et les convaincre —en insistant si nécessaire— de rejoindre les rangs de la révolte. Si certains sont réticents, essayez avec leurs enfants. Les fils de policiers ont sans doute des comptes familiaux à régler avec papa. Ils seront les premiers sur les barricades, à jeter des pierres.

Le septième point est le plus important en ce début de 21e siècle. Votre révolution doit être exemplaire afin de pouvoir s’exporter. Pas de pillage à grande échelle: on n’est pas en Grèce. Pas d’usage de déjections humaines ou animales: on n’est pas en Grande-Bretagne dans une manifestation d’étudiants en colère. Pas de lynchage systématique: on n’est pas au Pakistan.

En revanche, ayez quelques blogueurs lookés «sympa», à la Steve Jobs, patron cool, qui sauront s’adresser aux journalistes et poser devant les caméras. Autre façon de séduire, nommer rapidement un blogueur à un poste ministériel, d’où il tweetera pendant les Conseils des ministres. Accueillir à bras ouverts la presse étrangère, et se mettre dans la poche un grand réseau de télévision, de type Al-Jazeera ou CNN.

Huitième point, mettez la main sur le carnet d’adresses privé de votre dictateur. Il a probablement tout un réseau d’amis puissants venus d’Europe, d’Afrique ou d’Amérique: présidents, ministres, hommes d’affaires, intellectuels et artistes de renom. Il s’en trouvera bien quelques-uns qui auront passé des vacances dans vos hôtels de luxe, au frais du contribuable.

Plus ces personnalités seront puissantes dans leur pays et plus vos révélations provoqueront de scandale. L’objectif étant de faire culpabiliser les grandes puissances et de les amener à vous soutenir pour ne pas paraître complices. Au passage, vous aurez sans doute la satisfaction de voir quelques ministres étrangers démissionner piteusement en s’excusant d’avoir dégusté des bricks au thon dans l’avion privé d’un homme d’affaires proche du régime.

Neuvième point, c’est le moment de penser à culpabiliser la finance mondiale. Votre dictateur est d’abord un voleur et les banquiers du Nord sont ses complices. L’argent est quelque part dans des coffres étrangers, c’est le moment de le crier haut et fort et de réclamer son retour au pays. Vous aurez, de surcroît, l’immense plaisir de voir des banquiers cossus ou des dirigeants complices faire acte de contrition en public. Avec un peu de chance, il se trouvera un Suisse pour demander pardon. Soyez magnanime, n’exigez pas forcément la tête de votre dictateur, mais simplement son portefeuille, qui, après tout, est un peu le vôtre.

Dixième point. Si Dieu s’est reposé au septième jour, il n’est pas question pour vous de faire de même. Une fois le dictateur en fuite, la partie n’est pas pour autant terminée. Il vous reste encore beaucoup de travail pour gérer la transition et installer un nouveau pouvoir.

Une révolte, ce n’est pas si compliqué; mais une révolution c’est une entreprise de longue haleine. Gardez la tête froide.

Kidi Bebey et Alex Ndiaye