APRES LA TUNISIE A QUI LE TOUR

Un nouveau virus contre les pouvoirs dictatoriaux

Un nouveau monde est entrain de naître, un nouveau contexte international est entrain d’émerger, une nouvelle génération citoyenne, consciente et informée surgit des cendres des dictatures.  Une génération qui ne se réfugie dans des accusations passéistes pour justifier ses misères actuelles, une génération qui rejette la résignation et la fatalité, une génération prompte à réagir, à rechercher les vraies causes et à trouver des solutions appropriées.  Un nouvel ordre mondial géo-relationnel est entrain de jaillir. Un renversement d’organigramme politique s’impose peu à peu.  Le peuple prend sa revanche pour s’imposer désormais comme interlocuteur de ses serviteurs les dirigeants.

 

Malgré la répression sanglante, des jeunes tunisiens, égyptiens, et libyens  viennent de prouver au monde entier leur témérité.  La jeunesse d’aujourd’hui a l’immense privilège de voyager et voir le fonctionnement du monde occidental.  Ils font des comparaisons et se rendent compte que certains dirigeants politiques sont des fossoyeurs de leur propre Nation.  Ils instrumentalisent la religion, le racisme, le sentiment nationaliste, les diversités culturelles pour régner sans fin.  Le pouvoir est pour eux un acquis et un héritage.  Ils ne sont pas au pouvoir pour servir mais plutôt pour se servir.  Le pouvoir devient un moyen d’enrichissement rapide, un tremplin pour se faire connaitre et être connu.

 

Petit à petit les détenteurs du pouvoir confondent leur être et le pouvoir qu’ils gèrent.  Leurs affaires privées deviennent des secrets d’Etat.  L’armée, supposée protégée la république devient une milice au service des gouvernants.  Certains sont payés dans l’armée pour mater toute opposition aux idées des dirigeants.  La presse est prise en otage.  Certains religieux sont soudoyés pour encenser le pouvoir en place.  Les enseignants et universitaires sont attaqués, disqualifiés, intimidés dans leur vie privée pour les inciter à soutenir les idées  et sottises du pouvoir.  Les opposants sont taxés d’espions, des contre-révolutionnaires, des rebelles, etc.  Les courtisans sont qualifiés des héros.

 

Le développement de la population devient un tabou.  On nourrit la population des promesses irréalistes.  On s’éloigne d’elle et on ne revient vers elle que à l’approche des élections.  On sous-estime sa capacité de révolte et on compte sur l’appui de Paris, de Washington, de Londres, de Pékin, de Luanda, etc. pour se maintenir à tout prix au pouvoir.  Le pays est géré avec un amateurisme qui frise l’incompétence au sommet de l’ETAT.  Les décisions politico-économiques paralysent davantage l’économie au lieu de libérer la croissance.  Celles-ci favorisent l’enrichissement des proches du pouvoir qui sont des hommes d’affaires au lieu de protéger le développement national.  On préfère importer que d’encourager les entreprises à s’installer sur place.  Celles qui parviennent à s’installer dans le pays sont victimes des tracasseries organisées par ceux du sérail.  L’’insuffisance d’entreprises génère le chômage et le malaise social s’ensuit.

 

Il ne suffit plus d’invoquer « le complot étranger, l’ingérence, le risque de l’extrémisme islamique, etc. » pour amadouer les populations et la Communauté Internationale.  La vague des contestations qui déferle la chronique est l’expression d’un profond malaise planétaire.  Les peuples du monde entier, de plus en plus  instruits et informés, souhaitent vivre conformément à la dignité humaine.  L’Histoire leur apprend qu’au nom de la nation, de la tribu, de la couleur et de l’identité, les dirigeants politiques, appuyés par des lobbies économiques et industriels, divisent pour se maintenir au pouvoir et jouir des privilèges liés à la gestion de la chose publique.

 

Evidemment, les Etats policiers et sans Etat, dont les dirigeants considèrent le pays comme une propriété privée, les pays dirigés sans réels contrepouvoirs, sans plans ni projets réfléchis, sans dialogue, ‘pilotés’ sans boussole et avec des parlements soumis à la cause des chefs et des intérêts machiavéliques, niant la souveraineté du peuple, etc. savent s’organiser pour mater violemment les populations.  Ils n’hésitent pas d’utiliser des mercenaires et milices afin d’éradiquer toute forme d’insurrection populaire.  Mais petit à petit le monde change.  Les carnages ne sont plus possibles sans s’attendre aux menaces de la nouvelle épée de Damoclès, « la Cour Pénale Internationale ».  Les forces de l’ordre sont désormais conscientes qu’elles peuvent être inquiétées par la Communauté Internationale dès lors qu’une seule personne est tuée dans des conditions floues et volontairement maquillées par les forces du désordre.  Le cas récent de Floribert CHEBEYA en République Démocratique du Congo en constitue bien la preuve et fera école pour certains qui ne pourront plus dire qu’ils n’étaient pas avertis.

 

Il est grave et préoccupant d’entendre plusieurs dirigeants et leaders d’opinion occidentaux dire que ce qui vient de se passer était imprévisible.  Aucun peuple sur la terre n’accepte l’humiliation et l’exploitation.  Aucun peuple, fut-il illettré, ne tolérerait être en permanence un jouet politique de ses dirigeants qui lui font croire qu’il vit dans un paradis artificiel ou dans un enfer réel, au nom de Dieu, de la religion, de l’idéologie, etc.  Tout mépris du peuple aboutit à long terme à la révolte.  Pendant longtemps les régimes ont su contenir les contestations pour assurer la longévité de leur pouvoir en utilisant des peurs infondées, des émeutes, des guerres tribales, de la famine, etc.  Ils oublient qu’un ventre affamé n’a point d’oreille et un esprit enfermé et sans liberté n’obéit point.

 

Tout pouvoir politique dont la survie politique est liée à la peur et aux intimidations finit par être vomis et rejeté par la population.  C’est une forme de lâcheté politique que de croire que les fraudes électorales peuvent faire changer l’opinion publique qui réclame plus de justice sociale et plus de professionnalisme dans la gestion de la Cité.   S’attendre à la soumission perpétuelle des peuples est un leurre.  Il n’existe pas d’opium pour endormir des jeunes sans perspectives et sans travail.  La volonté de changement continuera à se manifester par des furies populaires tant que le patrimoine commun sera confisqué par des dirigeants prédateurs.  Des bombardements, des emprisonnements arbitraires et forfaitaires, des empoisonnements, des asphyxies économiques… ne suffiront plus pour ramener de l’ordre par la force.

 

Une nouvelle révolution mondiale avec des effets imprévisibles est en marche.  Elle a un effet boule de neige qui va de la Tunisie à Washington en passant par Pékin, Paris, Yaoundé, Lomé, etc.  Des populations déterminées se battront désormais non plus avec les armes lourdes et gaz lacrymogènes, mais avec des armes intellectuelles et idéologiques plus puissantes.  Les nouvelles armes des populations s’appellent :

–         les nouvelles technologies de la communication rapide et de l’information multicolore

–         la mondialisation et la globalisation des données et des échanges multisectoriels

–         la conscience planétaire de l’interdépendance

–         Les instruments juridiques internationaux

–         La démocratisation de l’éducation, de la formation et de l’information

–         L’alter mondialisme

–         La fin des monopoles scientifiques, industriels, technologiques, intellectuels, religieux, etc.

–         L’Internet

–         Une certaine primauté donnée à la raison et au débat contradictoire argumenté.

 

Sommes-nous entrain d’aller vers le chaos et l’insécurité planétaire, vers la lutte des classes prédit par le prophète-athée  Karl Marx ?  Je ne pense pas.  Nous allons simplement vers un nouveau monde dans lequel le sort des dirigeants est scellé.  Les peuples leur demandent déjà avec fermeté de rendre compte de leur gestion, des faveurs qu’ils donnent à leurs proches, des intérêts économiques et stratégiques réels qu’ils défendent.

 

Nous allons certainement vers la fin des parlements tels que nous les connaissons encore aujourd’hui.  Désormais la société civile organisée arrachera le pouvoir des parlementaires et se défendra elle-même.  Les insurrections seront monnaies courantes.  Les Journées Nationales et/ou Internationales de la Colère contre les crimes et génocides économiques, politiques, culturels  et scientifiques imposeront des nouvelles normes de gestion de la planète.  Le capitalisme sauvage sera poli pour en faire un libéralisme citadin.  Un nouveau leadership international s’imposera de lui-même.  Le règne de l’arrogance en politique vient de prendre fin.  Les politiques redeviendront des serviteurs et cesseront d’être des dirigeants.  Ils joueront désormais le rôle du gardien de la maison et non du maître de la maison.

 

Les populations se soucieront d’elles-mêmes et se battront pour préserver la vie collective.  Une nouvelle tumeur idéologique vient de ronger la croyance selon laquelle les peuples ont peur et se soumettent à leurs dirigeants.  Désormais ce sont les dirigeants qui ont peur des peuples.  Le nouveau millénaire s’oppose à la diversion et à l’arrogance politicienne.   Il tirera à l’arme lourde sur les injustices, les conspirations internationales, l’absence de liberté et de démocratie, l’exploitation aveugle des matières premières sans souci des générations futures, les coquilles politiques vides et sans raison d’être.

 

Les séismes et secousses politiques qui viennent de commencer et sèment déjà la panique dans tous les milieux décisionnels, ne s’arrêteront pas aux pays africains et pauvres de la planète.  Ce mouvement touchera bientôt l’Europe, l’Amérique du Nord et les dragons d’Asie.  On entend souvent lors des campagnes les citoyens européens se plaindre de bureaucratie bruxelloise qui décide sans consulter les peuples.  Ce mouvement défiera la conception actuelle de l’exercice du pouvoir qui donne tant de pouvoir de décision sur le devenir collectif aux dirigeants, fussent-ils charismatiques. Ce nouveau mouvement révolutionnaire défiera tous les régimes de fer qu’ils soient religieux, culturels, politiques, sociaux, militaires et sécuritaires.  Les défections et dissidences deviendront une règle d’or et la loyauté en politique risque de trouver dans ce nouveau contexte une nouvelle définition.  Au lieu de mater violemment la contestation, il faut plutôt apprendre à convaincre des peuples qui n’acceptent plus d’être traité comme des mineurs.

 

Des déclarations qui manquent de clarté et de nombreux discours sans complément d’objet direct  ne suffiront plus pour calmer les populations.  La nouvelle conscience planétaire est sur les dents.  Elle exigera de plus en plus des gels des avoirs des dirigeants, la suppression de l’immunité qui protègerait  les nouveaux « dirigeants », elle s’opposera à des amendements constitutionnels qui ne visent que la conservation et la pérennisation du pouvoir.  Les nouvelles facilités qu’apportent les technologies de la communication rapide et de l’information multicolore portent en elles les germes d’un cancer politique de destruction massive des anciens fondements de la société.  Si les sages du monde ne parviennent pas à analyser avec force détails ces nouveaux changements, le monde va irréversiblement vers le chaos, l’insécurité et des révoltes en cascade. Bref, un nouveau monde vient de naître, bien sûr de l’Afrique, qui, une fois de plus s’impose comme le berceau de la Nouvelle Humanité.

 

Vive le nouveau siècle qui inaugure un nouveau monde qui s’impose comme démocratique ou qui disparaîtra à force de résistance.

Jean  KAZADI

https://conseilsgratuits.wordpress.com/

Publicités

2 Réponses

  1. cette reflexion merite publication en hard copy. l analyse est complete.

    Pour parler comme un president american, les « etats voyous » ont toutes les raisons de trainer le pas pour se connecter au cable internet sous-marin SAT3. Pouqoui offir aux peuples cette arme redoutable (internet haut debit) qui fait des « victimes » au mahgred…. Et pourtant il y a plus a gagner qu’a perdre(cela depend encor du camp dans lequel on se trouve).

    Bien a toi. Patrice, Libreville

  2. Tous ceux qui ont triché récemment aux élections dans les pays d’Afrique doivent s’attendre à une révolte dans les mois qui viennent. Un lecteur qui se veut anonyme pour des raisons professionnelles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :