DIEU CRUCIFIE EN AFRIQUE

BENOIT  AWAZI

Le Monde Diplomatique de Juillet 2009, Lectures p. 24.

 AFRIQUE.

 Le Dieu Crucifié en Afrique et Panorama des Théologies négro-africaines anglophones.

Benoît Awazi Mbambi Kungua

L’Harmattan, Paris, 2008, deux tomes : respectivement 330 pages, 31 euros, et 283 pages, 27,50 euros.

Théologien érudit, l’auteur propose une interprétation de la crise africaine, qu’il date de l’« irruption de la modernité occidentale au XVIe siècle » – traite, esclavage, colonisation, néocolonialisme. L’élaboration d’une théologie de la libération holistique devant, selon lui, permettre le dépassement de la médiation épistémologique, politique du christianisme colonial.

La tâche peut paraître rude si l’on songe aux conditions de l’accueil de l’Evangile par les Africains ; celles d’un « processus barbare et déshumanisant d’annihilation anthropologique ». Contrairement à l’Amérique latine, où l’éclosion d’une pensée chrétienne libératrice s’est située dans la lutte de la majorité de paysans pauvres contre une minorité capitaliste rapace, en Afrique noire c’est l’homme lui-même qui a été vidé de son humanité, qui a été « annihilé », écrit-il.

D’où la spécificité d’une théologie africaine de la libération, et l’émergence d’un « christianisme solidement arrimé dans la culture, la métaphysique et la mystique négro-africaine ». Un terrain fertile, dont ont surtout profité les Eglises évangéliques du spectacle importées des Amériques.

 Augusta Conchiglia.

APPRENDRE GRATUITEMENT PHOTOSHOP

Photoshop est vraiment le sommet des logiciels en traitement d’images.  Il y a beaucoup d’éditeurs qui vendent des livres qui coûtent chers pour l’apprendre.  Je viens de découvrir un site bien fourni et très méthodique sur Photoshop, Illustrator, PSP et PhotoImpact.

Partageons le savoir et les informations utiles.  Voici le lien

http://www.mosaicale.com/graphic/photoshop/bases_1.htm

Si vous avez des informations utiles à donner sur des sujets qui facilitent la vie aux autres, contacter nous.

Jean KAZADI

muazadi@yahoo.fr

PARTAGEONS LE SAVOIR

Il m’ arrive le plus souvent de me dire que le retard de l’Afrique dans les domaines technologiques et scientifiques est lié à l’égoïsme.  Les africains ne partagent pas assez le savoir entre eux.  Il y a un lien intrinsèque entre le savoir et le développement.  L’ignorance coûte excessivement chère à nos pays.

Nous recherchons souvent des fausses solutions, nous travaillons sans méthode, nous formulons mal nos questions, etc. parce que nous sommes ignorants.  Il importe dès lors d’accélérer le renforcement des capacités de nos populations et de nos leaders en leur fournissant des bases de données disponibles en permanence et répondant de manière concrète aux multiples questions quotidiennes.

Par ailleurs, cela réduirait rapidement les discriminations et écarts créés par l’école occidentale.  Pour contribuer à cet effort, je sollicite tous ceux qui ont des informations utiles, de nous les envoyer afin que nos lecteurs sachent où trouver telle ou telle information pertinente.  Je pense à une forme d’annuaire qui canaliserait les lecteurs dans leurs lectures, leurs options culturelles, intellectuelles, scientifiques et  techniques.

Je sais que tout le monde a une information utile et pertinente à fournir à quelqu’un d’autre.  mais nous ne savons pas toujours celui qui a besoin de notre information.  Parfois nous avons même des choses à donner et nous ne connaissons  pas la personne qui en a besoin.  Osons profiter de l’Internet pour manifester notre générosité et accélérer la démocratisation du savoir sur la terre.

Conseilsgratuits est disposé à servir d’intermédiaire.  Envoyez-nous de l’information utile et nous la diffuserons gratuitement.

Jean KAZADI

LE SALAIRE DE L’HONNETETE

Un  roi  vieillissant  s’est réveillé un jour et s’est rendu compte qu’en mourant  il  n’aura  pas  de mâle (garçon) dans la famille royale pour le
remplacer.
Il était le dernier garçon (mâle) dans la famille royale dans une culture où seulement un mâle pourrait succéder au trône – et il vieillissait.
Il a décidé que s’il ne peut pas donner naissance à un mâle il adopterait un fils qui alors pourrait prendre sa place, mais il a insisté qu’un tel fils
adopté soit extraordinaire au sens réel du mot.
Il a donc lancé une compétition ouverte à tous les garçons de son royaume peu importe  leur  origine.

Dix  garçons ont réussi à cette compétition jusqu’au sommet.  Il  y  avait  peu  pour  séparer  ces garçons quant à l’intelligence, les
attributs physiques etc.
Le  roi  leur dit, ‘ j’ai une dernière épreuve et quiconque arrive à bout de cette  dernière deviendra mon fils adoptif et héritier à mon trône ‘.
Alors il  dit, ‘ Ce royaume dépend uniquement  de l’agriculture.
Donc le roi doit savoir comment cultiver des plantes. Voici une graine de maïs pour chacun de vous.

Emportez-la  à  la maison, plantez-la et élevez-la pour trois semaines.  À la  fin de trois semaines, nous verrons qui a fait le meilleur travail en
cultivant la graine.  Cette personne sera mon héritier. ‘
Les  garçons  ont pris leurs graines et sont rentrés pressés à la maison.  Ils ont eu chacun un pot à fleur et ont planté la graine dès leur rentrée à la maison.

Il  y  avait  une  énorme  excitation  dans  le  royaume puisque les gens attendaient  avec  souffle  de  savoir  qui  sera  destiné pour
être leur prochain roi.
Dans  une  maison, le garçon et ses parents étaient presque navrés quand, après  quelques  jours  de soin intense, la graine n’a pas poussé.  Il ne savait pas ce qui n’allait pas avec la sienne.
Il  avait  sélectionné  le  sol  avec  soin,  il  avait appliqué la bonne quantité  et  type d’engrais,il avait été très obéissant dans l’arrosage avec  les  bons  intervalles,  il avait  prié sur elle jour et nuit mais toujours sa graine s’était avérée improductive.
Quelques-uns  de  ses amis l’ont recommandé d’aller acheter une graine au marché et la planter.  Après  tout,  ils  ont  dit,   » comment  est-ce que quelqu’un peut différencier une  graine de maïs d’un autre  ? »
Mais ses parents qui lui avaient  toujours  appris la valeur de l’intégrité lui ont rappelé que si le  roi  voulait  qu’ils plantent juste du maïs, il aurait demandé qu’ils aillent chercher  leur propre graine. 
Si tu prends n’importe quelle autre graine différente de celle que le roi t’a donné cela serait malhonnête. Peut-être nous ne sommes pas destinés pour le trône.
S’il en est ainsi, donc laisse, ne sois pas celui qui va tromper le roi ; lui disent-ils !

Le  jour  « J »  arrive  et  les  garçons  reviennent  au palais chacun d’eux fièrement exhibant un plant du maïs très fin.
C’était  évident que les autres neuf garçons avaient eu grand succès avec leurs graines.
Le  roi descend le long du rang où sont alignés les garçons passionnés et demande  à chacun d’eux, »c’ est ce qui est sorti de la graine que vous ai donnée ? » Et chaque garçon répondit,  » Oui, votre majesté « . Et le roi fait un signe de la tête et descend le long de la ligne.
Le roi finalement arriva au dernier garçon au haut de la ligne.  Le  garçon était secoué par la peur. Il se disait que le roi allait le jeter en prison pour avoir gaspillé sa graine.

« Qu’est-ce  que  tu as fais avec la graine que je t’ai donnée? »Lui  demanda le roi.  Je  l’ai  plantée  et me suis occupé d’elle diligemment votre majesté, mais hélas elle n’a pas poussé.  Dit le garçon en larmes quand la foule l’a hué. 
Mais  le  roi a levé ses mains et demandé le silence. Alors il a dit,  » Mon peuple,  voici  votre  prochain  roi  « .  Les gens ont été confus. Pourquoi
celui-là  ? Beaucoup se sont demandés.Comment est-ce qu’il peut être le bon choix  ? Le roi a pris sa place sur  son  trône  avec  le  garçon  à  son côté et dit, j’ai donné à ces garçons des graines bouillies.

 Cette épreuve n’était pas pour cultiver le maïs.  C’était  l’épreuve  de  caractère ;  une  épreuve  d’intégrité. C’était l’épreuve ultime.
Si  un roi doit avoir une qualité, ce serait celle d’être au-dessus de la malhonnêteté.

Seule ce  garçon a réussi l’épreuve. « Une graine bouillie ne peut pas pousser ».  Nous  vivons  dans  une société qui est obsédée par le succès et beaucoup cherchent  le  succès à  n’importe  quel  prix.  Ils  disent que la fin justifie les moyens, c’est la tragédie de la vie.
Vous  voyez, l’apparent échec est souvent une école de la sagesse pour  nous élever.

Mais  beaucoup  cherche  à  contourner  l’échec  à tout prix, même  en recourant aux moyens douteux.  Quand  un  fonctionnaire  construit  une grande maison et envoie ses cinq enfants  dans  les  écoles chères pour lesquelles il n’a pas assez de revenu, par le recours à des moyens illicites pour y parvenir, est  ce que cela n’est pas le cas d’une germination de la graine bouillie ?

Quand  un  ministre entretien une maîtresse prodigue et  en  même temps élève des maisons avec des moyens supérieurs à son revenu en tant que ministre, est-ce que  ce  n’est  pas  le  cas d’une graine bouillie qui vient pousse ?

Nous devrions cesser d’acclamer des malhonnêtes dans le MONDE !

 La culture du résultat EXCEDENTAIRE permanent peut être une mauvaise conseillère.  Faut-il par exemple, que tous se marient ? Est-ce qu’une femme adulte  non mariée serait moins femme ?.

Que veux dire réussir à l’école ?  est-ce : avoir un diplôme à tout prix, passer en classe supérieure ?,  bien comprendre ses leçons, etc.Mais il y a en ceux  ou  celles  qui jetteront leurs scrupules seulement pour obtenir un époux.

La  course  n’est  pas  pour le martinet et la bataille n’est pas pour le fort.  Donc  comment,  dans ce MONDE les martinets gagnent les courses et les forts les batailles ?

La graine bouillie ne pousse pas.

La prochaine fois que vous voyez une personne prospère, demandez vous quel genre de graine il lui a été donné et lui demandez, ‘ comment votre graine a t-elle pu germer?

 « TOUT POUR LA GLOIRE DE DIEU »
Auteur inconnu