HOMMAGE A VIVIANE Ayaba Tchotcho ACAKPO-ADDRA

 Lettre confidentielle de remerciement

A

Viviane Ayaba Tchotcho ACAKPO-ADDRA

Rappelée à Dieu le Lundi 31 août 2009

 Lettre rendue publique à Lomé le 19 septembre 2009,

En l’Eglise Marie Reine de Lomé,

 Chère Viviane,  Très chère Vivi,

 Tu  repars comme tu es arrivée.  Dans le secret, dans l’intimité de Dieu.  Tu emportes avec toi tes questions, tes soucis, tes souffrances, tes doutes et interrogations sur le sens de la vie..  Surpris, notre réflexion est débordée par un profond sentiment d’impuissance et d’incompréhension.

 Ta disparition inattendue nous interroge, nous interpelle et nous bouscule dans nos certitudes, dans nos évidences, dans nos habitudes, dans nos routines, dans nos prétentions, et par surcroît, dans notre capacité d’être attentif et attentionné.

 L’annonce de ta mort a eu partout et surtout dans nos cœurs, l’effet d’une bombe jetée aux heures de pointe dans un grand marché. Avec Saint Paul, nous osons te dire, rien ne pourra nous séparer de l’amour, de l’histoire, des liens qui nous unissent.  Voire la mort ne peut  nous éloigner.

 C’est pourquoi nous sommes venus si nombreux de loin, comme des Rois Mages pour t’offrir non plus de l’or, de l’encens,  ni de l’argent.  Nous sommes venus te témoigner notre amour sans frontières, notre attachement sans limites.

Grâce à Dieu, nous nous sommes rencontrés un jour, au hasard des circonstances éternellement heureuses.  En Dieu nous demeurons plus que jamais unis, associés et partenaires, membres d’une même famille.

 Tu étais pour nous un ange, invisible par sa nature complexe et discrète, mais visible par sa lumière et son message.  Tu étais pour nous la douceur et la tendresse.  Ton calme amenait au recueillement et à la prière.

 Ton humilité et ta simplicité nous ramenaient à l’essentiel dans la vie.  Tu as vécu pour aimer et donner le meilleur de toi à tous ceux et celles qui t’étaient proches sans oublier ceux qui t’étaient loin par le sang, par la foi, par relation interposée ou par opportunité.

 Tu es pour toujours le témoin d’une conscience aiguë rappelant sans cesse que la famille vivant en harmonie, dans l’entraide et la solidarité est une richesse à préserver à tout prix, une chance à consolider, quoi qu’il en coûte !

 Tu savais être disponible et serviable.  Souvent, tu t’oubliais toi-même.  Tu donnais plus que tu ne recevais et n’exigeais des autres.  Tu faisais sienne l’adage selon lequel « la vie ne vaut la peine d’être vécue que si elle est vécue pour les autres ».  EINSTEIN

 Tu repars sans nous prévenir, sans qu’on s’y attende, sans fanfare, sans bruit, sans maladie grave ni vieillesse.  Tu repars au bel-âge, l’âge de la maturité, de l’expérience, de la stabilité, des projets mûris et réfléchis, l’âge de la sagesse.

Oui, il y a quelques mois encore, nous envisagions entreprendre ceci et cela.  Nous nous projetions dans l’avenir, dans un avenir créateur et inventeur.  Nous oubliions que l’avenir est à Dieu.  Nous n’ignorions pourtant pas que l’avenir se moque des ambitions personnelles et rêves non-collectifs.

Oui, c’est vrai que l’homme propose et Dieu dispose.  Nous ne pourrions pourtant nous interdire de faire advenir l’avenir.  Comme il est difficile de se rendre compte que Dieu seul est le garant du devenir de l’Homme !

 Ta réserve naturelle, ta discrétion, ta pudeur, ta piété nous rappellent que pour vivre ensemble, la retenue et le respect mutuel sont des valeurs universelles et non négociables.  Pour mieux vivre ensemble, chacun doit donner et recevoir, chacun doit faire des concessions.

 Tu es partie quand nous avions encore besoin de toi, de ton sourire qui en disait toujours un peu plus, de tes services, des tes conseils, de tes compétences avérées.  Tes directives, éclairages et recommandations vont nous manquer.

Tu pars rejoindre nos parents et grands-parents, nos arrières grands-parents et tous nos aïeux.  Tu rejoins désormais la lignée des ancêtres, ces hommes et ces femmes, qui ont donné un sens à leur vie terrestre en se donnant corps et âme au service de la communauté.

 Ils sont véritablement constructeurs, non pas de murs et maisons, des fortunes et progénitures, mais des relations socio-communautaires constructives et épanouissantes.  Le monde entier peut se prétendre héritier de leur infini et immense patrimoine qu’on ne voit qu’avec le cœur.

Vivi, nous gardons de toi le souvenir d’une personne ouverte à l’Universel.  Tu parlais couramment le lingala, langue des bantous d’Afrique Centrale, langue du Congo.  Ce nom  ressemble étrangement au Togo, avec des destins qui se ressemblent et s’assemblent. 

Au Gabon, au Congo, au Bénin, … tu étais chez toi.  Tu avais beaucoup d’amis, femmes et hommes.  Chacun d’eux témoigne des souvenirs émouvants et chaleureux.  Tu étais une épaule sur laquelle on pouvait se poser et se reposer.

Tu étais pour beaucoup une oreille attentive, souple et apte à la négociation.  Tu étais méthodique, tu rejetais la logique de l’immédiateté et du court terme.  Tu savais aussi t’entêter, t’obstiner, quand tu croyais avoir raison.

 Merci Viviane, merci Vivi pour tes multiples services rendus bénévolement.  Merci pour ta gentillesse.  Toi qui aimais tant prier, intercèdes désormais pour nous.  Demande à Dieu de libérer l’Afrique de la mauvaise gouvernance, de la résignation et de la corruption.

 Que soit éloigné de l’Afrique le détournement des fonds publics, l’organisation des élections trafiquées et falsifiées, , l’égoïsme, le culte de la personnalité des dirigeants politiques et économiques, l’ingratitude, l’insatisfaction, les rapaces politiques, les vipères socio-économiques et financiers.

Que l’Afrique soit définitivement libérée de cette programmation géostratégique qui maintient tant de peuples dans la médiocrité, dans la dépendance économique, technologique et politique.

 Pardonne-nous si nous t’avions de temps en temps blessé, frustré, humilié, offusqué ou vexé.  Nous t’accordons aussi notre pardon inconditionnel.  Que notre vie soit désormais action de grâce, amitié, amour, bonté, clairvoyance, partage, sagesse, universalité.

 Tu es née le 1er et tu meurs le 31.  Tu as vraiment bouclé la boucle.  Tu as accompli ta mission. 

 Adieu  Viviane  – à Dieu Vivi

 Ton ami et frère, Jean KAZADI  KATUMBAY

Publicités

2 Réponses

  1. Bien cher Chrislain,
    On n’attend pas le jour de la mort pour dire notre amitié, notre attachement;,…
    L’amitié en soi est la traduction en actes des pensées nobles, des sentiments profonds que l’on éprouve pour un ami, un frère, une soeur,…

  2. Une amie une fois demandait à un groupe au cours d’une petite séance de travail, ce que chacun voudrait qu’on dise de lui à sa mort. Je viens justemùent de lire ce que je m’aimerais pas qu’on dise. ces paroles sont fortes et touchantes. Les vivre sont à portée de main. n’attendons pas de nous faire bonne conscience. Vivons ces paroles avec les vivants maintenant pour ne pas ou plutôt sans attendre le jour de la mort pour dire nos regrets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :